Mariam Rouissi a développé une expertise reconnue en matière de fusions-acquisitions, de financement bancaire et obligatairetitrisation, de financement de projets et plus généralement en matière de droit des sociétés et de financement structuré.

Mariam Rouissi a cumulé près de 15 ans d’expérience au sein du Cabinet  Gide Cuatrecasas, au sein duquel elle fut associée.

Elle a participé depuis 2004 à la sophistication progressive du marché financier marocain,  en tant que conseil de banques locales ou étrangères, d’organismes financiers et de grandes  entreprises dans le cadre notamment de financements d’infrastructures (portuaires, télécoms,  etc) majeures du pays. Elle est, par ailleurs, intervenue sur les premières opérations de titrisation  ou de finance islamique (notamment sur la première émission de Sukuk souverain réalisée par  l’Etat marocain) qu’a connu le Maroc puis accompagné des restructurations ou liquidations  d’entreprises.

Mariam Rouissi conseille également régulièrement sur des opérations d’acquisitions domestiques et transfrontalières (sociétés cotées et non cotées), de fusions et de restructurations, de joint-ventures et, plus généralement, sur des problématiques de droit des sociétés.

Mariam Rouissi est conseil de l’International Swap Derivatives Association (ISDA) pour le Maroc et émet, à cet égard, les opinions juridiques d’enforceability.

Mariam conseille régulièrement des banques étrangères en matière d’opérations sur produits dérivés (ISDA) ou de pension livrée (GMRA) conclus sur une base transfrontalière, et plus généralement, en matière de regulatory bancaire et financier. Elle conseille également la Salle des Marchés de plusieurs banques de la place.

Mariam a récemment conseillé le consortium bancaire ayant pour chef de fil Attijariwafa Bank dans le cadre de la restructuration de la dette bancaire de Maghreb Steel (premier sidérurgiste marocain) à hauteur d’un montant d’un milliard deux cent millions de MAD (120 millions d’euros), ainsi que le Fonds d’Equipement Communal dans le cadre du premier emprunt non souverain à être consenti par l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA) au Maroc pour un montant de USD 165 millions.

Mariam Rouissi est régulièrement mentionnée dans les revues spécialisées de classement des  cabinets d’avocats (Chambers, Legal 500).

rouissi@ear.ma